Qui sommes nous? Notre démarche Qualité Liens Plan du Site Copyright Contact

Découvrir
     les produits

Vous êtes ici : les Partenaires » Agriculteurs » Gaïa Bio
Pour consulter le catalogue des produits mis en vente: terroirSelect.comLes olivettes aux pieds des pénitents

 

 

 

Oléiculteur Gaïa Bio

 

 

 

 

 

 

Présence millénaire des oliviers aux Mées dans les Alpes de Haute Provence

 

Les Mées dans les Alpes de Haute Provence, compte aujourd'hui 3500 habitants. C'est la première commune oléicole des Alpes de Haute Provence où nous avons admiré dans le soleil couchant une Notre Dame de l'Olivier dont la première construction date du XIV ème siècle, marquant l'antériorité de la culture des oliviers aux Mées où 30 à 40 % des oliviers ont 500 ans. La culture de l'olivier aux Mées pourrait remonter à plus de deux millénaires, répandue par les Romains de la côte Méditerranéenne vers l'intérieur des terres. Au Moyen âge, la présence des Moines avec les prieurés de Paillerols et de Saint-Michel, a contribué au savoir faire oléicole des Méens, et à l'obtention en 1999, de l'AOC Huile d'olive de Haute Provence.

Les olivettes Gaïa Bio prospèrent aux pieds des Pénitents

 

Notre Dame de l'olivier

La ville est bien connue pour d'étranges replis de rochers qui dominent la ville. La légende raconte qu'aux temps des invasions Sarrasines, le Seigneur des Mées aurait capturé sept belles Mauresques détenues en son château. Scandalisé, le Prieur de Paillerols exigea que les Belles soient chassées, conduites en bord de Durance pour reprendre le bateau vers Arles. Les moines, constituant une barrière de protection "sanitaire" pour la foule nombreuse, lors de ce transfert insolite , ne devaient pas lever les yeux . Las! pour avoir enfreint cette consigne en soulevant leur capuchon, ils furent pétrifiés sur place pour les préserver du pêché !

Depuis, leurs robes de bure veillent sur le village. C'est à leurs pieds que prospèrent les jeunes Olivettes de Pierre Grimat.

Les jeux de lumière du ciel sur les oliviers ne s'oublient jamais

Pierre Grimat dans ses olivettes

Pierre Grimat est né à Constantine dans les Aurès, où son père était médecin. Sa prime jeunesse s'est déroulée en milieu rural , pas très loin de la Kabylie où il s'est imprégné d'une culture méditerranéenne paysanne. Au moment "des évènements" d'Algérie, ses parents l'envoient poursuivre ses études en France où il est pensionnaire. Il emporte avec lui les senteurs d'orangers en fleurs, le goût du couscous à l'huile d'olive Kabyle, et l'émotion des paysages, que même les peintres les plus talentueux n'arrivent pas à restituer "regardez la lumière des oliviers, ça brille comme du diamant, c'est rose, c'est bleu, et le ciel joue au travers... c'est à vous rendre fou" se désespérait Van Gogh.

Surmonter la perte de son emploi en s'installant oléiculteur

Après ses études, Pierre Grimat s'installera définitivement en France. Un jour, des circonstances professionnelles le conduisent aux Mées, dans les Alpes de Haute Provence où il exercera des activités commerciales pendant trente ans tout en cultivant quelques oliviers par plaisir.

En 1994, il est confronté à la cessation d'activité de l'entreprise qui l'emploie, et il décide de changer de vie pour faire ce dont il avait peut-être toujours rêvé: devenir oléiculteur. Quel défi à l'heure où beaucoup de personnes songent... à leur retraite !

Pierre Grimat dans ses olivettes

 

Production d'olives pour Huile AOC Haute Provence

 

Pierre Grimat a réhabilité plusieurs parcelles d'olivettes abandonnées sur les coteaux des Mées. C'est sur ces terrasses Duranciennes, constituant 6 ha, que nous assistons à la récolte manuelle des olives, reproduction d'une pratique ancestrale.

vertes, noires, roses Les olives doivent être cueillies tournantes, tout juste mures, en début de maturité sur des arbres de 5 ans minimum et la date du début de récolte est fixée par arrêté préfectoral. Les oléiculteurs sont informés par le syndicat AOC qui procède aux analyses.

mures L'AOC compte un minimum de 80 % d'Aglandeau, le reste est composé de variétés secondaires comme Bouteillan Tanche, Picholine ou variétés locales telles que Boube, Colombale, Estoublaise, Rosée du Mont d'Or. En bordure de parcelles on trouve des arbres pollinisateurs, pour augmenter la fertilisation, le pollen étant véhiculé par le vent. Leur nombre de pied doit représenter au maximum 5% de l'ensemble.

 

Cueillette manuelle des olives au peigne, avec chevalets et filets

installation des filets

 

Pour cette cueillette traditionnelle, Rémi et Delphine disposent les filets aux pieds des arbres.

Les olives sont détachées des rameaux avec un petit râteau dénommé peigne. Les plus hautes branches sont atteintes en montant sur un drôle d'escabeau : le chevalet. Et une intrusion du modernisme se fait jour dans ces pratiques traditionnelles : Delphine nous fait une démonstration sur la manipulation du peigne électrique.récolte au peigne

vibreur électrique

 

Car les olives saines s'accrochent de toutes la force de leur frêle pédoncule sur le rameau et les mouvements avec le peigne doivent être vifs pour réussir à les faire tomber. Le peigne électrique permet d'actionner la chute des olives sur un plus grand nombre de rameaux. C'est un travail de musculation. L'AOC interdit l'utilisation de produits d'abcission (facilitant le décrochage de l'olive).

Les olives sont "ventées" avant d'être livrées au Moulin

les olives tombées sont mises en caisseLes fruits tombés sur les filets sont mis en caisses ajourées - les sacs de jute sont interdit pour l'AOC - en éliminant les brindilles mais comportant des feuilles en quantité.

Pour les éliminer, il faudra "venter" les olives.

Pour cela Pierre Grimat a mis au point une installation maison en adaptant un moteur de machine à laver sur un tarare (dénommé Ventarelle en Provence) qui servait autrefois à nettoyer les céréales de leur bâle. En fin de journée, après le ramassage des caisses d'olives (et de leurs feuilles) en bout de parcelle, il fait le "ventaïre" jusqu'à pas d'heure en soirée, pour porter les olives bien propres, et au plus vite à la Coopérative Oléicole communale.

L'huile d'olive Gaïa Bio primée: médaille d'argent des AOC Haute Provence

La qualité de l'huile d'olive Gaïa est reconnue . Médaillée au Concours National des AOC Françaises, qui s'est tenu à Nyons le 12 juillet 2008, Gaïa Bio remporte la Médaille d'Argent AOC Haute Provence.

Pierre Grimat "accompagne" ses oliviers en s'inspirant de la biodynamie.

 

C'est Pierre Grimat avec branche oliversur ses nouvelles plantations, 2600 pieds soit 8 ha près de Montfort, que Pierre Grimat nous parle de la Biodynamie. Consommateur Bio, il s'est tout naturellement orienté vers l'agriculture biologique en s'installant. Ces plantations ont maintenant 8 ans et après plus de 14 années de labeur acharné, d'investissements importants, il espère récolter le fruit de ces années de travail. Il conduit ses plantations le plus naturellement possible, sans même utiliser les produits dont l'emploi est agrée en agriculture biologique, même pas le cuivre.

La lutte contre les "mauvaises herbes" s'effectue par procédés mécanique (broyage). L'emploi de cuivre est à éviter : il pollue les nappes phréatiques, il est toxique pour les animaux et peut intoxiquer l'applicateur, et il ralentit la vie microbienne des sols qui intervient sur sa fertilité.

Le principal ennemi des plantations d'olivier est la mouche de l'olivier, qui se fait plus rare à cette altitude. En cas d'infestation, il peut être procédé à un lâcher massif d'une petite guêpe africaine, prédatrice naturelle: la "psyttalia lounsburyi". La Cochenille noire, est appréciée du Métaphycus. Le traitement de l'œil de paon, qui est une tavelureperchoir géant pour rapaces de tous poils, à plumes. provoquée par un champignon, s'effectue généralement à base de cuivre. Les recherches de traitement se poursuivent. Pierre Grimat collabore avec l'INRA, pour certains programmes de recherche de traitements naturels.

Le rat provençal ronge la racine des plants d'oliviers, mais pas question pour Pierre Grimat de mettre des appâts empoisonnés dans la terre ! Il a donc planté de gigantesques perchoirs à l'attention des rapaces diurnes ou nocturnes : les Grands Ducs, les Éperviers, les Buses, viennent festoyer au restaurant de la nature, ouvert jour et nuit, dans l'oliveraie de Montfort. La population de Mulots est régulée, et les rapaces sont protégés.

Pierre Grimat nous confie qu'il "accompagne" les oliviers récusant même le terme usité de "cultiver" . Il s'inspire des préceptes de la Biodynamie qui visent à respecter les équilibres naturels, la biodiversité : "je veux rendre à la terre ce qu'elle m'a donné" nous déclare Pierre Grimat" qui se sent l'héritier privilégié d'un fabuleux patrimoine mais également redevable de le transmettre aux générations futures. Si la majorité des Hommes tenait cet engagement, l'avenir serait radieux et le présent moins dévastateur. Passer une journée dans les olivettes en compagnie de Pierre Grimat, force notre admiration de tant de respect pour la nature et apporte beaucoup d'espoir. Après cette rencontre, si l'on vous demande "quel geste faites-vous pour la Planète ?" vous ne pourrez plus jamais répondre ce gros mot "j'éteins la lumière en quittant la pièce " .

Quand vous dégusterez l'Huile d'Olive Gaïa Bio, vous saurez que cette Cigale là ne chante pas pour de faux, et que Pierre Grimat offre à votre palais, "l'huile telle qu'elle a été faite par le Bon Dieu".

 

Pour consulter le catalogue, voir et acheter l'Huile d'olive Gaïa: terroirSelect.com

Rechercher

Recevoir la lettre