Qui sommes nous? Notre démarche Qualité Liens Plan du Site Copyright Contact

Découvrir
     les produits

Vous êtes ici : Langage des initiés » Huiles Essentielles

terroirselect.com vous propose des Huiles Essentielles biologiques

intro

Huiles Essentielles

Mise en garde (1) :

L'emploi des Huiles Essentielles en ingestion nécessite la plus grande prudence et relève exclusivement de la médecine. La composition et les propriétés qui en découlent sont présentés uniquement à titre informatif et non thérapeutique.

Qu'est-ce qu'une Huile Essentielle ?

L'Huile Essentielle (HE)

C'est le résultat de la distillation, à la vapeur d'eau, des plantes et arbres aromatiques pour en extraire l'essence. L'huile essentielle est l'essence distillée. Une huile essentielle, ne contient pas d'huile, elle est exclusivement constituée de molécules aromatiques très volatiles.

 

Chémotype de l'huile essentielle ou spécificité biochimique (s.b.)

C'est l'indication permettant de connaitre le composant biochimique majoritaire ou distinctif, présent dans l'huile essentielle. Par exemple le Chémotype de l'Eucalyptus Globulus est le cinéole, celui de l'Eucalyptus radiata est le cinéole limonène, celui de l'Eucalyptus Smithii est le cinéole. Le chémotype confère les propriétés de l'huile essentielle. Mais une même plante élabore une huile essentielle différente selon le pays où elle pousse, la nature du sol, le climat, l'altitude...

Par exemple le Romarin originaire de Provence est riche en camphre (Rosmarinus officinalis s.b. camphre), celui de Corse possède deux molécules spécifiques, l'acétate de bornyle et la verbénone (Rosmarinus officinalis acétate de bornyle, verbénone), celui du Maroc comporte plus d'eucalyptol (rosmarinus officinalis s.b. 1,8 cinéole).

L'indication de la spécificité biochimique (s.b.) est fondamentale car elle induit des domaines d'action très différents.

 

Garantie botanique de la plante (voir H.E.B.B.D)

Pour identifier sans risque d'erreur une plante il est nécessaire de connaitre : la dénomination latine de la plante (l'espèce botanique exacte) selon la nomenclature internationale qui comprend le genre, l'espèce, et parfois la sous-espèce. Par exemple pour la Menthe poivrée : Mentha piperita o.p. plante entière, s.b. menthol de la famille des Lamiacées et dont l'origine géographique peut être diverse. Il existe une autre Mentha piperita avec une s.b. menthone déconseillée car souvent falsifiée par Mentha arvensis var. piperascens, cultivée industriellement en Chine ou Brésil pour en extraire le menthol.

H.E.B.B.D. ou Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie

Cette mention certifie trois critères qualitatifs définissants une huile essentielle :

- l'espèce botanique exacte, en latin pour éviter la confusion, comportant le genre (groupe d'espèces à caractéristiques très proches), l'espèce (épithète qualificative englobant des plantes très proches aux caractéristiques spécifiques) correspondant à une plante précise, la sous espèce si elle existe, parfois la variété cultivée aux caractéristiques uniques.

- l'organe producteur d'essence (o.p.e) : racine, feuille, écorce... qui définit les principes actifs présents. Certains végétaux comportent plusieurs organes producteurs avec une composition, un parfum ou des propriétés thérapeutiques très différentes.

- la spécificité biochimique (s.b) variable selon l'époque et le lieu de récolte (pays, altitude, climat, sol).

Acheter une H.E.B.B.D. est un principe fondamental lorsqu'on souhaite l'utiliser pour des propriétés précises.

 

Huiles Essentielles : Précaution d'Emploi

Toujours diluer les huiles essentielles avant toute utilisation interne (aromatisation, diététique) ou externe
(massage, cosmétique). Ne pas essayer de diluer une huile essentielle dans de l'eau mais utiliser un support approprié en fonction de l'utilisation (huile végétale, crèmes neutres hydratantes, de jour, de nuit..., shampoings neutres, gels douche, savon liquide).

Il faut éviter tout contact direct ou indirect d'H.E. pure avec les yeux (lavage des mains suivant l'application cutanée d'une H.E. un massage) et les muqueuses nasales, auriculaires, ano-génitales et les zones fragiles comme le visage, les aisselles.

Respectez les dosages conseillés : quelques huiles essentielles, d'intérêt thérapeutique certain, peuvent être toxiques en cas de surdosage. C'est le cas pour les suivantes : anis vert, badiane/anis étoilé, armoise arborescente bleue/herbe blanche, bois de cèdre de l'Atlas, fenouil doux, hysope couchée/officinale, sauge officinale/dalmate, thuya... Elles sont en général vendues en pharmacie sur prescription.

Ne jamais absorber les huiles essentielles en continu sur une longue période. Garder les flacons hors de portée des enfants.

En cas de projection accidentelle dans les yeux, instiller rapidement de l'huile végétale et éliminer à l'aide d'un coton tige imbibé lui-même d'huile végétale.

Pour les bébés et les enfants en bas âge : prudence, (utilisation par voie interne proscrite avant 30 mois) et il faut toujours demander l'avis d'un médecin. Il en est de même pour les enfants de moins de 8 ans. Ne pas administrer d'H.E. dermocaustiques contenant des phénols ou des cétones neurotoxiques.

En cas de prise orale accidentelle d'huile essentielle ne jamais faire boire d'eau. S'il s'agit d'une petite quantité d'H.E., ingérer immédiatement plusieurs cuillerées à soupe d'huile végétale grasse ; en cas d'ingestion plus importante, faire vomir, contacter le centre anti-poison ou se rendre aux urgences.

Au risque de complications graves, les injections d'H.E. par voie intramusculaire ou intraveineuse sont strictement interdites.

Pour les femmes enceintes (surtout lors des trois premiers mois de grossesse) ou en cours d'allaitement, la règle générale est de ne pas utiliser d'huiles essentielles pures mais dans tous les cas il est préférable de prendre conseil auprès du phytothérapeute. Les soins cosmétiques peuvent être pratiqués sans risques au vu des concentrations minimes en principes actifs. Mais par contre, les traitements contre la cellulite ou les drainages lymphatiques sont à proscrire.

La diffusion d'huiles essentielles est contre indiquée pour les personnes asthmatiques ou allergiques.

Les personnes souffrant d'épilepsie ou d'asthme, les insuffisants rénaux et hépatiques. les personnes âgées, les personnes souffrant de pathologies lourdes et de longues durées doivent être très prudentes et prendre un avis médical avant toute utilisation.

Certains composants des H.E. peuvent être allergisants (cinnamaldéhyde, cinnamate de benzyle, alcool cinnamique, citral, citronnellol, eugénol, isoeugénol, farnésol, géraniol, d-limonène, linalol, coumarine, alcool para-anisylique, alcool benzylique, benzoate de benzyle, salicylate de benzyle) : les personnes prédisposées aux allergies, doivent faire un test par une touche d'H.E. appliquée au pli du coude, attendre au minimum une heure pour s'assurer de l'absence de réaction cutanée. Ne jamais inhaler directement la diffusion d'une H.E.

Les huiles essentielles de menthe poivrée (mentha piperita) ne s'appliquent jamais sur une surface cutanée étendue ou utilisées dans le bain car elles peuvent provoquer un «choc au froid».

Les huiles essentielles riches en composés phénoliques (l'ajowan, le clou de girofle, l'origan d'Espagne, le basilic à thymol, la sarriette des montagnes, le thym à thymol,certains eucalyptus, la cannelle de Ceylan et de Chine, le poivre noir... ), ou aldéhyde cinnamique (écorce de cannelle) sont très agressives ; elles ne doivent jamais, sauf en usage externe très localisé (ex : bouton), ni être utilisées à l’état pur et donc être suffisamment diluées (minimum 20%) dans un excipient approprié (huile végétale d’amande ou autre) pour éviter toutes brûlures. Les huiles essentielles (sans exception) ne doivent pas être appliquées pures sur les parties sensibles du corps (aires génitales et anales, aisselles, visage) sans avis compétent. Les H.E. à phénols (carvacrol, chavicol, eugénol, thymol) sont également hépatotoxiques, prises en grandes quantités ou sur une longue durée.

Ces H.E. sont contre indiquées en cas de diabète et d'hypertension.

Les huiles essentielles cétoniques (absinthe, armoise blanche, carvi, cèdre, hysope, camomille noble, eucalyptus mentholé, fenouil, inule, lavande lavande stoechas, menthe poivrée, sauge officinale, thuya, lavande stoechade, romarin à camphre, etc... ) doivent être réservées à l’usage externe ; l’usage interne est interdit.

L'usage incontrôlé des huiles essentielles cétoniques est dangereux, les cétones (bornéone, carvone, menthone, cryptone, thuyonne, verbénone, pinocamphone) peuvent être neuro-toxiques et peuvent déclencher des convulsions, être épileptisantes stupéfiantes ou abortives. Elles ne doivent sous aucun prétexte être administrées aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants, aux personnes âgées, ou neurologiquement fragiles, ni par voie orale ni en application locale.

Toutes les huiles essentielles du genre Citrus agrumiers : citronnier jaune, vert ou lime, orangers amer, sanguin et doux, bergamotier, mandarinier, clémentinier et pamplemoussier, cédratier, etc..., sont photo-sensibilisantes. Les essences d’agrumes, ainsi que le khella, l'angélique, le céleri, la santolène contiennent des coumarines et peuvent provoquer des tâches persistantes sur la peau. Ne pas s’exposer au soleil dans les 12 heures qui suivent une application ou une ingestion.

Les huiles essentielles riches en monoterpènes (pinène, paracymène, limonène) sont dermocaustiques peuvent être néphrotoxiques. Il faut pour cela éviter l’absorption par voie orale des huiles essentielles : angélique archangélique, thym à thymol, sarriette, lemon grass, origan compactum, cyprès, genièvre commun, pin maritime, lentisque pistachier, niaouli, sauge officinale, cannelle de Ceylan...

Les huiles essentielles très agressives pour la peau, dites dermocaustiques, doivent être utilisées en faibles quantités et diluées dans des huiles végétales biologiques (germe de blé, amande ou noisettes, tournesol).

Le stockage des huiles essentielles doit s'effectuer à la verticale, au frais et au sec, à l'abri de la lumière dans un flacon opaque et bien fermé (volatilité, oxydation). L'oxydation d'une huile altère ses propriétés. La conservation au réfrigérateur peut être bénéfique.

L'achat des huiles essentielles doit s'effectuer dans un contexte sécurisé, apte à vous certifier l'origine et la qualité de ces huiles (comme la certification biologique). Des indications précises de garantie botanique, du Chémotype de la plante, de l'organe sécréteur, de la région de production, doivent figurer sur l'étiquette.

Les huiles essentielles doivent être 100% naturelles (sans huile de synthèse), 100% pures (non coupées par des huiles «voisines» moins chères), 100% totales (y compris les molécules traces).

Les complexes aromatiques prêts à l'emploi, dont les dosages ont été établis en laboratoire par des spécialistes offrent une alternative «moins risquée» que les préparations «maisons» à base d'H.E. pure mais leur emploi demande néanmoins l'application des consignes de sécurité.

La lecture des précautions d'emploi des huiles essentielles n'ont pas pour objet de vous informer complètement et exhaustivement sur les spécificités de ces produits mais pour vous démontrer que leur usage thérapeutique est à manier avec précautions et doit être individualisé, et s'effectuer sur prescription médicale.

 

Huiles Essentielles Diffusibles dans l'Atmosphère

Toutes les huiles ne sont pas recommandées pour la diffusion dans l'atmosphère car irritantes pour les voies respiratoires ou neurotoxiques.

Nous listons ci-dessous, les huiles essentielles à privilégier pour la diffusion en trois groupes classés par ordre décroissant d'intérêt :

*** Citronnelle de Java, Eucalyptus radiata, Mandarine, Pin sylvestre, Romarin à verbénone, Sapin de Sibérie

** Géranium odorant, Hysope officinal, Lavande officinale, Lemon-grass, Menthe poivrée, Myrte, Néroli, Ravensare, Santal

*Bois de rose, Camphrier, Lavandin, Oranger amer et doux, Patchouli, Pamplemousse, Ylang-Ylang.

La diffusion d'huiles essentielles est contre indiquée pour les personnes asthmatiques ou allergiques.

 

Huiles Essentielles Déconseillées pendant la Grossesse et l'Allaitement

Basilic exotic : Ocimum basilicum

Bergamote : Citrus bergamis

Bois de Rose : Aniba rosaedora

Camomille romaine ou camomille noble : Anthemis nobilis

*Cannelle de Chine : Cinnamomum cassia

*Carotte cultivée : Daucus Carota var.sativa

*Cèleri cultivé : Apium graveolens var. dulce

Ciste ladanifère : Cistus ladaniferus

Citron : Citrus limonum

Citronnelle de Java : Cymbopogon winterianus

Cumin des prés : Carum carvi

Cyprès de Provence : Cupressus sempervirens

*Epinette noire : Picea mariana

Estragon : Artemisia dracunculus

*Eucalyptus à bractées : Eucalyptus polybractea CT cryptone

Eucalyptus citronné : Eucalyptus citriodora

*Eucalyptus mentholé: Eucalyptus dives CT piperitone

Eucalyptus radié : Eucalyptus radiata ssp radiata

Fenouil doux : Foeniculum vulgare Miller var. dulce

*Gaulthérie couchée (Thé du Canada) : Gaultheria procumbens

Genévrier de Virginie : Juniperus virginiana

Géranium rosat ou géranium odorant : Pelargonium X asperum

Gingembre : Zingiber officinalis

*Clou de Girofle : Eugénia caryophyllata

Hélichryse italienne : Hélicrysum italicum

Inule odorante : Inula Graveolens

Laurier noble (Laurier Sauce) : Laurus nobilis

Lavande aspic : Lavandula spica ou latifolia cineolifera

Lavandin super : Lavandula hybrida X Burnatii Briquet clone Super

Lavandin Reydovan : Lavandula hybrida X Burnatii Briquet clone Reydovan

*Ledon du Groenland (Thé du Labrador) : Ledum groenlandicum

*Lentisque pistachier : Pistacia lentiscus

*Litsée citronnée (Verveine citronnée) : Litsea citrata ou cubeba

Mandarine feuille ou petit grain de Mandarinier : Citrus reticulata feuilles

Mandarine Zeste : Citrus reticulata zeste

Marjolaine des jardins ou a coquilles : Origanum majorana

Marjolaine Sylvestre : Thymus mastichina cineolifera

Menthe Bergamote ou citronnée : Mentha citrata

*Menthe poivrée : Mentha x piperita

Myrthe à cinéole : Myrtus communis cineoliferum

Nialouli : Melaleuca quinquenervia cineolifera

Orange amère ou orange douce : Citrus aurentium ssp aurentium ou citrus sinensis

Origan à inflorescence compacte : Origanum conpactum

*Thym thymol : Thymus thymoliferum

*Pin Sylvestre : Pinus sylvestris

* HUILES ESSENTIELLES DECONSEILLEES AUX ENFANTS DE MOINS DE SIX ANS

 

Huiles Essentielles dont la Vente au Public est Réservée aux Pharmaciens

(Décret n° 2007-1198 du 3 août 2007 modifiant l'article D. 4211-13 du code de la santé publique)

Absinthe (Artemisia absinthium) et Petite Absinthe (Artemisia pontica)

Armoise commune (artemisia vulgaris)

Armoise arborescente (artemisia arborescens)

Armoise herbe blanche (artemisia herba alba)

Cèdre de l'Atlas (cédrus atlantica)

Chénopode vermifuge (chenopodium ambrosioides)

Hysope Officinale (hysopus officinalis)

Moutarde jonciforme (brassica juncea)

Rue (ruta graveolens)

Sabine (juniperus Sabina)

Sassafra (sassafras albidum)

Tanaisie (tanacetum vulgare)

Thuya du Canada ou Cèdre blanc (thuya occidentalis) et Cèdre de Corée dit cèdre feuille (T.Koraenensis)

Thuya ( Thuya plicata Donn)

Les huiles essentielles à l'anethole (Anis vert et étoilé, la Badiane, le Fenouil amer) sont réglementées et relèvent de la régie des alcools.

 

intro

 

terroirselect.com vous propose des Huiles Essentielles de plantes cultivées en Haute Provence en mode biologique en respectant les principes de Nature et Progrès, elles sont distillées sur place et certifiées Ecocert.

 

(1)toute utilisation à visées thérapeutiques d'une Huile Essentielle doit être précédée d'une consultation avec un phytothérapeute, aromathérapeute ou un médecin. Les informations présentées ici concernent les Huiles Essentielles en tant que composants de Complexes d'huiles essentielles équilibrés et prêts à l'emploi utilisés en huile de massage et de produits Cosmétiques. Cela ne dispense pas pour autant les utilisateurs de procéder à un test d'allergie : appliquer dans le pli du coude quelques gouttes et attendre au minimum une heure pour s'assurer de l'absence de réaction. Certaines huiles sont connues pour être plus allergisantes (Cannelle de Ceylan, Inule odorante, Laurier noble, Litsée citronnée, Menthe, Mélisse, Sauge officinale).

Les compositions des H.E. indiquées font référence aux indications du Dr Jean Valnet : Aromathérapie - Traitement des maladies par les essences des plantes - Maloine S.A. Editeur. 2001 - ou Dr Jean-Pierre Willem : Les Huiles Essentielles médecine d'avenir - Editions du Dauphin- 2006

Rechercher

Recevoir la lettre